Marie Reine des Anges

 

08 DECEMBRE 1986 :

majunga2INAUGURATION DE LA MAISON ET COMMENCEMENT DE L’ŒUVRE SALESIENNE.

Le 08 décembre 1986, sous le pontificat de sa sainteté Jean Paul II ; en présence de son excellence Monseigneur Armand Gaëtan RAZAFINDRATANDRA. Evêque de Mahajanga et son excellence Armand Toasy évêque auxiliaire, s'est inaugurée la nouvelle maison " MARIE REINE DES ANGES" à Antanimasaja- Mahajanga pour attendre particulièrement à l'école maternelle et élémentaire, la promotion féminine, Oratorio, centre des jeunes, catéchèse, dispensaire, cela c'est fait selon le décret 651/86 du 07 /10/86 signé par la Révérende Mère Marinella CASTAGNO Supérieure générale de FMA. A 8heures il y a la célébration de l'Eucharistie pour tous les élèves de l’école paroissiale; les maîtresses durant la neuvaine les ont préparés à cette fête, le curé pendant l'homélie parle de la Vierge Immaculée disant qu'elle protège Madagascar ; les FMA et tous les enfants qui fréquentent notre école. Les enseignants durant la récréation viennent à la maison nous souhaiter bonne fête et nous dire que notre présence est un motif de joie, d'espérance pour l'avenir de ce peuple. A midi nous nous unissons avec toute la famille salésienne pour prier l'Ave Maria comme Don Bosco et pour nous qui sommes au commencement de notre œuvre. A midi nous déjeunons au chantier.

L'après-midi tout est prêt , l'évêque et son auxiliaire arrive avec ponctualité , les 5 salésiens et le curé d'Antanimasaja aussi arrivent à Antanimasaja ; Sr Caterina remercie tout le monde pour leur présence , elle remercie aussi l'évêque d'avoir eu beaucoup de confiance en notre institut, de demander la présence des Filles de Marie Auxiliatrice dans son diocèse , dans ce quartier , le curé de nous avoir donnée son habitation , les salésiens qui nous ont aidé des différentes manières qui nous soutiennent beaucoup dans la restructuration d'une grande partie de notre maison. L'évêque coupe le ruban et se prépare à ouvrir la porte de la maison, la clé ne voulait pas tourner pour la première fois dans la serrure, c'est sympathique l'anecdote " comme c'est difficile ouvrir une maison des " Filles de Marie Auxiliatrice".

A l'entrée Sr Caterina explique la décoration qui est sur le mur : la basilique de Turin, l'Auxiliatrice, la carte de Madagascar et l'écriture " Eto ny tranoko, eto ny voninahitro" (ceci est ma maison, d'ici ma gloire); la célébration commence, l'évêque avec son auxiliaire préside la messe, le curé, Don Miele et Don Salon concélèbrent, pendant le chant de gloire, l'évêque passe pour bénir chaque coin de la maison. A la fin de la célébration nous chantons le Magnificat, notre cœur exulte : Celui qui est puissant a fait grandes choses, l'évêque a célébré en langue française, mais nous avons chanté en italien à l'entrée, le magnificat en français et tout le reste en malgache. Car chaque soir pendant la neuvaine nous avons fait la répétition du chant et de prononciation.

Une discussion très importante en vue de notre œuvre ce soir là a été celle de regarder la situation sanitaire locale et la position de l'église et de l'état. L'évêque dit : "notre espérance augmente".

Avant de partir à Amborovy Sr Caterina nous invite à remercier ensemble encore une fois le Seigneur et Marie, à les prier pour notre institut, pour nos provinces et les bienfaiteurs. Qui sait combien de personnes prient pour nous et pensent à nous en cette journée. Cette journée si attendue et désirée s'est conclue. Sr Antonia et sr Germana restent à dormir dans la nouvelle maison, sr Caterina, Sr Marjeta et sr Marica rejoignent Amborovy.

Désormais le travail à l'intérieur de la maison est au terme, les salésiens comptent de finir ce qui concerne l’électricité et la peinture. On cherche à transporter les meubles, les cartons et les valises qui sont déposés chez les salésiens à Antanimasaja et sr Caterina demande la collaboration des différentes congrégations pour le transfert.

Le 16 décembre : le commencement de la neuvaine en préparation à la fête de noël nous apporte une grande joie, nous commençons à habiter toutes les 5 à Antanimasaja, ce matin, le curé d'Amborovy nous transporte les dernières bagages, et s'est conclue ainsi notre pèlerinage.    

C'était une aventure qui nous a fait approfondir le sens du provisoire, du détachement, et nous a mises à la nécessité de demander recours et conseil. C'est une préparation à la fête de noël fait du travail, de prière et charité. Le jour après nous sommes toutes allées à la messe à la paroisse, Sr Caterina demande au curé de porter Jésus Eucharistie dans notre maison.

Le travail commence ainsi petit à petit, peu à la fois on cherche de résoudre les problèmes de l'école. Les vacances de Noël commencent et au début de l'année ; le travail reprend et continue.

(De la monographie de la maison écrite par les sœurs pionnières)

Une petite église qui est la salle d'œuvre actuelle, une école avec une salle de classe qui est le bureau de secrétaire actuelle classe pour les 11ème au 7ème avec 4 instituteurs , une petite cabane, habitation du père curé en face de l'église sur le route qui mène vers les cimetières (la maison actuelles des sœurs).

La nouveauté qu'elles apportaient c'est l'approche aux jeunes et aux enfants; ainsi qu'aux parents puis de donner des conseils, jouer et prendre soin des malades, une nouveauté que les chrétiens d'Antanimasaja n'ont jamais expérimenté, et même les non croyants sont venus nombreux et en reçoivent beaucoup d'avantages.

EVOLUTION DES ŒUVRES : NOUVEAUTES

evilutio

Leur style d'éducation aide les jeunes à réfléchir avant de prendre de décision; éduquer les jeunes à grandir dans l'amour de la prière et l'amour pour le prochain, éducation qui peut être pratiquée en tout le temps et partout quand c'est nécessaire et aide beaucoup les parents.

Le problème c'est qu’il y a peu des paroisses qui connaissent le style d'éducation salésienne, il faudrait le faire connaître parce qu'il y a beaucoup de parents qui rencontrent des problèmes sur l'éducation de leurs enfants surtout maintenant face à la mondialisation.

Début des œuvres de l'école Sainte Thérèse

Après l'école primaire, il y a le collège, le centre de formation Professionnelle et le lycée technique. Elles ont élargis aussi 'espace qui était étroit auparavant. Alors l'oratorio devenait un endroit large pour des sports, et des jeux. Les jeunes avaient des accompagnateurs pour ne pas s'incliner vers le mal. Beaucoup d'enfants analphabètes et des orphelins avaient la possibilité de l'accès à l'école. Puis les personnes âgées ont trouvé des soutiens. Beaucoup de monde retrouvait de travail dans le domaine de l'enseignement quand l'école évoluait. Les sœurs donnent l'éducation intégrale et sans distinction, puis elles savaient plus d'attention pour les plus défavorisés.